Projet Nudibranche Doris de merMéditerranée

DORIS ou les coulisses d’un site web d’exception

Interview de Vincent MARAN
Professeur de biologie à Lyon
Agrégation de biologie et géologie
Chargé de Mission de DORIS
Initiateur de la création du site DORIS dès 2004
http://doris.ffessm.fr/

 

DORIS est un très bel exemple de programme de sciences participatives et de connaissances et reconnaissance des espèces marines et d’eau douce de France et d’outremer . Son ascension fulgurante et la passion de ses créateurs en est la preuve et le moteur. Analyse d’un succès français sans équivalent.

Vincent Maran nous explique qu’en 2004, il était témoin de la création par diverses personnes de petits sites internet sur des espèces marines qu’elles connaissaient. Les informations étaient éparses et non synchronisées ni non plus réunies selon un format commun et homogène.

« c’est ainsi que j’ai eu l’idée de proposer au Collège des Instructeurs de La Commission Nationale Environnement et Biologie Subaquatiques (les personnes en charge de la formation des cadres concernés par l’enseignement des connaissances au sujet de la faune et de la flore marines) de la FFESSM dont je faisais partie, la création d’un site internet fédérateur pour regrouper selon des idées clés les initiatives éparses et non structurées qui germaient ici et là »

Les concepts clés qui ont dès le départ prévalu sont :

la création d’une banque exhaustive à terme, de photos d’espèces sous marines ou aquatiques ; aujourd’hui le site contient plus de 3500 fiches d’espèces et continue de s’accroître pour plus de 800 sessions et requêtes internet par jour ce qui dénote d’un vrai succès !

la mise en place de textes explicatifs apportant le maximum d’informations sur les espèces décrites et vérifiées selon trois ou quatre étapes ( par un relecteur, par le responsable régional : le doridien comme on l’appelle, par un spécialiste scientifique et pour terminer par le comité de validation qui vérifie que le projet d’article suit bien le style et format utilisé par tous les auteurs selon un modèle, ceci afin de garantir une homogénéité des informations )

l’utilisation d’un format et style abordables par des passionnés ou curieux ayant déjà quelques connaissances bio ou/ et d’écologie marine ou tout simplement l’envie de se former et de reconnaître les espèces marines côtoyées en plongée plus ou moins profonde.

Deux années de 2005 à 2006 ont été nécessaires pour faire mûrir le projet et créer le premier site internet, annoncé dans la revue SUBAQUA, et contenant un minimum de 100 espèces les plus courantes. Les responsables de Région de la FFESSM (les Doridiens , c’est le nom qu’on leur donne) ont été vite séduits par ce concept et la collaboration s’est très vite installée entre eux et les plongeurs de tous horizons . Des équipes régionales ont rapidement été constituées et le système s’est vite mis à trotter allègrement.

« On voulait d’emblée proposer un contenu attrayant et riche en informations aux lecteurs et aider les plongeurs à connaître davantage l’environnement dans lequel ils évoluaient» nous explique Vincent MARAN.
Dès la présentation dans Subaqua, ce sont deux à trois fiches par semaine qui ont commencé à être rédigées ( ce qui et considérable compte tenu de l’investissement nécessaire à la création d’une fiche validée).
Des photos d’espèces inconnues ou très peu connues sont arrivées et il a fallu faire appel aux connaissances de scientifiques spécialisés pour l’identification. Ainsi le monde scientifique a conçu un intérêt certain pour ce joli et intéressant projet encore tout jeune !

C’est la FFESSM qui a permis financièrement la création du premier site DORIS.
Un élément clés de la réussite du projet fût dès le début et encore aujourd’hui le forum ou tous les amoureux et curieux de la mer et de ses richesses échangent des connaissances et informations, observations et photos.

Le succès est tel que le Muséum National d’Histoire Naturelle a plébiscité cette initiative et que la dernière mouture du site web, que l’on vous conseille vivement de consulter, a été en partie financée par l’Agence nationale des Aires Marines protégées qui est alors devenu partenaire de DORIS. Ce partenariat est logique lorsque l’on sait qu’une des missions de l’Agence est de faire connaître les espèces marines au grand public aussi bien qu’aux personnes plus férues voire spécialistes mais on n’en sait jamais assez ! N’êtes vous pas de cet avis ?

Que faire si vous voulez participer et créer une fiche avec vos photos inédites ?
Contactez le Doridien de votre région, regardez si l’espèce n’est pas déjà décrite ou en cours, ajouter vos clichés et ajoutez des informations le cas échéant à une fiche incomplète.

Aujourd’hui ce sont quelques 3500 espèces tant végétales qu’animales qui sont en banque et le dynamisme du projet reste intact ! Après 9 années de développement seulement.

Le lien avec la revue Subaqua de la FFESSM est très solide : « à chaque parution », nous explique Vincent Maran, « nous parlons d’espèces invasives comme ce fut le cas pour le poisson lapin et flûte, nous mettons à l’honneur certaines espèces originales dont certaines des grandes profondeurs et qui sont plus rares, nous parlons de connaissances biologiques et écologiques comme les stratégies adaptatives des espèces marines ou aquatiques, bref des infos qui viennent compléter et enrichir l’énorme base de connaissances de DORIS.

La communication , nous venons de le voir, passe en partie par la revue Subaqua mais le site DORIS est tout de même flanqué de boosters que sont les réseaux sociaux tels que Twitter et Facebook et qui sont tenus à jour dès qu’une fiche est modifiée ou ajoutée.

Un nouveau site vient d’être conçu plus esthétique et ergonomique après une année de travail « éprouvante » pour le Comité de Pilotage nous dit Vincent Maran et en regardant bien c’est vrai que la version 4 marque une avancée très significative par rapport à la version 3 : plus d’esthétisme et une ergonomie renforcée ; il est vraiment très agréable à consulter.

Alors un conseil, si vous aimez la mer, rendez vous vite sur le site de DORIS et appréciez ce qui vous est offert si ce n’est déjà fait depuis longtemps.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *