Antifoulings toxiques: de nouvelles alternatives (DOSSIER)

Une pollution d’envergure connue depuis peu

 

Voilier avec une grande quantité de salissures (le fouling)

Voilier avec une grande quantité de salissures (le fouling); algues et ascidies en particulier

Les salissures peuvent peser plusieurs centaines de kg par m². Les peintures jadis utilisées et contenant du tributylétain étaient considérées comme les plus efficaces mais trop dangereuses pour la faune et la flore aquatiques allant même jusqu’à entraîner la modification du sexe de mollusques. Les femelles deviennent des mâles à des concentrations très faibles de l’ordre du milliardième de kilogramme (quelques nanogrammes). Ce phénomène est dénommé « Imposex » et résulte de la modification par le TBT de la détermination du sexe par les hormones naturelles en temps normal. C’est ainsi que cette molécule, le TBT, faisant partie de la famille des perturbateurs endocriniens comme certains médicaments ou molécules de cosmétique entre autres…agissent à des concentrations infinitésimales et est très mal séquestrée par les stations d’épuration en milieu littoral.

Une étude en Angleterre, a démontré l’ampleur de la contamination par le TBT en prenant comme modèle le gastéropode marin Nucella lapillus largement impacté et ce d’autant plus que les individus se trouvaient à proximité de ports.

En France, le bio-indicateur suivi est le gastéropode Heraplex trunculus encore atteint dans ses systèmes physiologiques et hormonaux et dans les années 2000, par les molécules de TBT.
Les résidus de TBT restent longtemps dans les sédiments portuaires et l’enlèvement ou extraction de ces sédiments doit faire l’objet d’une attention toute particulière pour éviter une nouvelle contamination .

Au niveau écologique, les biocides en établissant une pression de sélection sur les organismes des ports sont certainement à l’origine d’un dérèglement des populations et écosystèmes natifs et impliqués dans la modification du fonctionnement des chaînes trophiques. Des cas d’eutrophisation relevant de cette nouvelle dynamique ont déjà été observés.
De même le biofilm entre l’eau et l’air et chargé de ces biocides pourraient même être responsables par migration d’embruns vers les terres de la dégénérescence voire mortalité d’espèces terrestres.
La diminution de la quantité de crabes et de crustacés observée dans tous les ports depuis quelques dizaines d’années pourraient provenir de la toxicité des substances antifoulings à base d’étain ou autres biocides qui se sont accumulées.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *