Antifoulings toxiques: de nouvelles alternatives (DOSSIER)

Interdiction du TBT et remplacement

Comme le TBT ,qui était la principale peinture antisalissure, avait un effet très toxique, il a été interdit d’usage en 1995 pour les bateaux de moins de 25 m.
C’est en 1989 que l’OMI a reconnu l’importance de la toxicité des peintures à base d’étain et en particulier de TBT ( TriButylTin). Cette molécule pouvait être présente jusqu’à hauteur de 20% dans les peintures utilisées.
Les autres substances encore utilisées sont :

  • le dioxide de cuivre à raison de 40 %.
  • plus certaines autres molécules comme les antibiotiques et sulfamides susceptibles d’entraîner une résistance mémorisée dans le système génétique des salissures concernées à l’état de propagules (spores de dissémination des espèces avant leur développement en taille et structure).
  • du Zinc,
  • des molécules proches des détergents comme les ammoniums quaternaires
  • le téflon
  • des pesticides comme le Diuron

C’est en 1990, qu’une résolution est adoptée par l’OMI qui prône :

  • une interdiction des peintures TBT pour les bateaux de moins de 25m,
  • idem pour les antifoulings avec un fort taux de lixivation (lessivage)

Mais les bateaux militaires ne sont pas contraints par cette directive ni les plateformes off-shore, ou les hydroliennes immergées.
Des mesures fortes et efficaces sont prises par l’OMi qui stipule l’arrêt définitif de toute peinture organostannique avant 2003 pour tous les bateaux de moins de 25 m.
On attend la même chose pour les autres navires selon l’évolution de la recherche pour des systèmes moins polluants et économiquement rentables.

Comment se fait la contamination du milieu aquatique ?

  • par émission directe des coques de bateaux de substances biocides directement dans l’eau
  • par déversement sans précaution des produits de décapage des coques de navire sur l’aire de carénage des ports non équipés de systèmes de récupération des produits chimiques dangereux.
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *