Antifoulings toxiques: de nouvelles alternatives (DOSSIER)

Les alternatives aux biocides délétères pour la faune et flore marines

On ne pouvait pas terminer cet article sans donner de pistes de choix pour des solutions de peintures et autres procédés  »amis » de l’environnement.

  • les appareils à ultra sons : très efficaces mais des inconvénients tout de même
  • les peintures biodégradables et respectueuses de l’environnement :
    Nous vous conseillons de lire la page web suivante ; une vraie mine d’or pour les antifoulings efficaces mais néanmoins peu impactants pour l’environnement aquatique et ses espèces
    http://seme.cer.free.fr/plaisance/antifouling-ecologique.php

     Autre solution de protection : le pare-fouling

Il s’agit tout simplement d’installer sur la partie immergée de la coque une sorte de bâche-liner, suspendue au moyen d’oeillets au garde corps par des boots. La bâche est plaquée par la pression de l’eau, son opacité évite le fouling sur la coque, et peut être remplacé facilement.

 

Les robots de lavage

Le robot de lavage hulltimo pour les carènes. Une autre solution de nettoyage à flot de la carène des bateaux est directement inspirée de celle utilisée pour le nettoyage des piscines.
La société « Hulltimo » a mis au point un robot brosseur suceur qui s’adresse pour l’instant aux professionnels du nautisme de plaisance ; il leur est d’ailleurs livré avec deux jours de formation pour le futur opérateur.
Les robots électriques télécommandés par un opérateur préservent la carène car ils fonctionnent sous l’eau ce qui leur évite une action trop abrasive ; par ailleurs, les débris détachés sont aspirés, filtrés et conservés par le robot, répondant ainsi aux objectifs de la loi « Grenelle de la Mer » qui interdit de laisser les débris non naturels dans l’eau

 

Le nettoyage des carènes à flot

Bio-Océan, est une solution novatrice qui permet de nettoyer la carène avec des brosses rotatives comme les appareils pour voitures dans les stations service mais cette fois-ci sous l’eau. En enlevant régulièrement le film bactérien qui se forme au départ de la colonisation par des organismes plus gros, les salisures ne peuvent pas adhérer. Plus besoin donc de mettre d’antifouling. Ce dernier est remplacé par une peinture neutre qui dure plus longtemps. La fréquence de lavage est de 6 à 8 fois par an. C’est la seule contrainte

 

Auteur : Olivier Neuckens

Sources d’informations pour l’article :

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *